28/08/2003

L'orée d'un jour

Demain, l'un d'entre nous recevra son nouvel esclave...
Peut-être sera-ce moi...
Mes frères aînés et les généraux de notre Seigneur-Père ont déjà reçu leur dû. Il ne reste plus que mes cadets et moi-même.
Je ne comprend pas leurs inquiétudes...
Comment pourrait-il être inquiété par de vulgaires sauvages terrifiés par nos dragons?
Nous n'avons même pas eu à les incendier, ils se sont rendus presque immédiatement.
Il a pris pour concubines une fille de chaque clan et exigé un fils de chacun des chefs en otage.
Mon oncle Haervan m'a confié qu'il comptait renvoyer les batards à la tête de leur peuple après les avoir dressés.
Avoir des hommes à nous chez nos vassaux à toujours été notre politique mais ces gens ont une façon de vivre tellement différente.
Pas de villes, ni de villages...
Seuls des camps d'été et d'hiver dans lesquels ils mènent leurs troupeaux.
Leur capitale n'est pas habités, sauf lors d'un festival qui réunit les clans tous les quatre ans.
De simples sauvages...
Saeven me tire sur la jambe, levant ses bras vers moi. Je le hisse sur les épaules où il peut suivre le conseil de derrière nos aînés.
Demain sera peut-être mon jour...
Peut-être recevrai-je mon esclave.
Esclave à dresser comme l'on dresse un animal...
Ces hommes ne valent pas mieux nos bêtes, après tout... juste du bétail.


18:49 Écrit par Cendre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.