30/08/2003

L'esclave (suite ^^; )

Ses mains tremblent en dégrafant les attaches de mon armure.
Il n'ose pas me regarder non plus mais je ne m'en prive pas.
Il est petit... mince...
Pas le corps d'un guerrier.
A quoi va-t-il me servir?
Il est maladroit aussi.
Je soupire.
Avec mes autres serviteurs cela serait terminé depuis longtemps.
S'il ne peut me servir d'écuyer que vais-je en faire?
Sa tâche enfin terminée, je lui fais signe de ranger les plaques de métal et dois lui répéter plusieurs fois en mimant ce que je lui ordonne avant qu'il ne comprenne.
Enfin, il revient devant moi et je l'examine plus attentivement.
Il est beau à sa manière presque efféminée... ses traits délicats, sa taille étroite et ses cheveux tressés.
La couleur change, éclairée par le feu crépitant, tantôt ses mèches sont claires, comme les blés que nos paysans fauchent en automne, tantôt elles prennent une teinte fauve, presque rousse...
Je vais le garder finalement.
Dressé à me servir sans discuter, il rehaussera ma notoriété.
Première chose à faire, lui apprendre à parler un langage civilisé.
Tournant autour de lui, je m'amuse des regards apeurés qu'il me jette.
Il est amusant...
Je soulève une poignée de cheveux et les laisse filer entre mes doigts.
De la soie...
Oui, il sera parfait pour me servir...
"Quel est ton nom?"
Il me regarde sans comprendre et je soupire en levant les yeux au ciel.
Une première leçon s'impose.
Je me désigne du doigt.
"Cendre."
Je le répète deux, trois fois en me sentant positivement ridicule.
Mon oncle ferait entrer les quelques notions que je compte lui inculquer à coup de fouet mais je pressens que ce n'est pas la méthode à adopter avec mon petit esclave... et je ne tiens pas à l'abîmer inutilement.
Son regard s'illumine et il hoche la tête et répond docilement lorsque je le pointe.
"Ialma..."
Je répète son nom jusqu'à parvenir à le prononcer convenablement et lui apprend à articuler le mien sans bafouiller.
Les présentations faites, il ne me reste plus qu'à lui expliquer sa place par rapport à moi dans la hiérarchie.
Appuyant sur ses épaules, je le force à s'agenouiller devant moi.
"Je suis ton maître," dis-je. "Cendre, ton maître."
Je tapote mon torse en même temps avec de le désigneren suivant le même manège.
"Ialma, mon esclave."
Je lui fais répéter plusieurs fois avant de m'éloigner de quelques pas et de lui ordonner d'un signe à rester à genoux.
Il est docile...
J'avais raison, il s'agit bien d'un dressage mais dès que ce petit chien aura appris un peu plus de ma langue, je pourrai passer à la vitesse supérieure...

11:19 Écrit par Cendre | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

:) J'ai hâte de lire la suite.

Écrit par : Fettgans | 30/08/2003

I wanna take Cendre home!!!!! Muaaaaaah 'l est trop mignoooon le Cendre, je l'adooooreeeeuuuuh!!!!!

Trop bien écrit Gaëlle-chan, continue comme ça!

Écrit par : Cygny | 01/09/2003

Les commentaires sont fermés.